Zeste de citron déshydraté

Il y a des périodes pendant lesquelles la seule idée de manger des agrumes me refroidit et d’autres où je m’en lasserais pas. En ces jours j’ai très envie de citron.

Lemon tree_stock.xchng

En général je dilue le jus dans un bol d’eau chaude le matin ou je l’ajoute aux vinaigrettes que je prépare pour assaisonner mes salades. Du citron on peut tout consommer, le jus et la peau, à condition que la plante d’origine n’ait pas était traitée avec des produits chimiques. Ma façon préférée d’utiliser le zeste, la partie jaune externe qui protège la chair du fruit, consiste à le faire sécher (après l’avoir bien lavé) à basse température et le moudre à l’aide d’un moulin à café, pour préserver autant que possible ses propriétés nutritionnelles et sa richesse en huiles essentielles. C’est simple à obtenir et très pratique de l’avoir déjà prêt à l’usage quand on est pressé. Pour la déshydratation on peut prélever des lainières avant de presser le citron ou couper la peau en morceaux avec un couteau après avoir obtenu le jus et les oublier ensuite au soleil, sur un plat déposé sur un radiateur en hiver ou dans un déshydrateur. On peut également râper le zeste avant la déshydratation. Afin d’éliminer les gros morceaux qui peuvent rester on peut passer la poudre dans un passoir et la garder au frigo dans un bocal en verre, ça se conserve pendant plusieurs semaines. La poudre de citron (ou d’autres agrumes), fraîche ou déshydratée, est magique en cuisine et trouve sa place dans beaucoup de préparations salées et sucrées -soupes, salades, gâteaux, plats exotiques, etc.- auxquelles elle apporte un parfum et un goût frais et typiquement méditerranéens. C’est peut être pour cela que je l’aime autant, parce que ça me rappelle la mer et le chaud soleil du sud.

Buccia di limone

Je procède de la même manière avec les mandarines et les clémentines, mais leur saison est terminée et donc il faudra attendre quelques mois pour les retrouver.

Duo de choux au pesto vert

Parfois on a tellement l’habitude de faire les choses comme on les a toujours vues que on n’y réfléchit même plus, on les répète comme si on activait un pilote automatique. Cela peut arriver aussi quand on cuisine. Par exemple, à l’époque où je suivais une alimentation assez conventionnelle j’utilisais le pesto au basilic exclusivement pour préparer des pâtes ou des pizzas vertes. Evidemment cela est du à mes origines italiennes. Et pourtant c’est une crème tellement versatile qu’elle se marie bien avec de nombreux plats. Puisque les pâtes ne font plus partie de mon alimentation quotidienne (les pizzas non plus) mais j’aime le pesto autant qu’auparavant, je l’utilise de temps en temps pour assaisonner mes légumes, crus ou cuits à la vapeur douce.

Cavoli al pesto_4

En été, quant il y a abondance de basilic frais dans les potagers, je le produits à la maison. J’en achète occasionnellement pendant l’hiver, une fois terminé mon stock. Dans certains commerces, surtout dans les magasins d’alimentation naturelle, on trouve aujourd’hui du pesto sans produits laitiers. Autrement, on peut en préparer soi-même (encore mieux) à partir de: basilic, huile extra vierge d’olive, pignons de pin, ail et sel marin complet. C’est aussi délicieux que le pesto traditionnel au fromage de brebis.

Je vous propose une salade très simple et rapide, idéale en cette période d’hiver où les choux ont toute leur place.

Ingrédients:

1 chou frisé

1 (ou ½) chou rouge

½ avocat

1-2 cuillères de pesto au basilic

thym

eau ou eau de cuisson des légumes

Couper les légumes très fins et les mélanger longuement avec les mains (comme si vous étiez en train de préparer de la pâte à pain) dans un grand saladier. Cela aide à casser les nervures afin de rendre les feuilles plus tendres. Ecraser l’avocat à l’aide d’une fourchette, incorporer le pesto et quelques cuillères d’eau (ou du bouillon qui reste après la cuisson à la vapeur d’autres légumes) jusqu’à obtenir une crème onctueuse et homogène. Assaisonner les choux et laisser reposer au moins une demi heure à température ambiante. Parsemer la salade avec quelques brins de thym et servir. Personnellement je préfère attendre plus longtemps afin que les légumes deviennent plus tendres.

Houmous à la courge

Je ne pourrais pas imaginer une vie sans courge, j’en suis très gourmande. De ce légume, originaire de l’Amérique centrale et faisant partie de la famille des Cucurbitacées, j’aime tout : la couleur, le gout, la texture, la versatilité en cuisine. C’est l’un des premiers végétaux qui ont été importés en Europe, avec la pomme de terre et la tomate. Il en existe plusieurs variétés mais celle que je préfère est sans doute le potimarron, en particulier une espèce de taille assez petite et de couleur brune/orange à l’extérieur qui est très cultivée dans ma région d’origine en Italie, l’Emilia Romagna.

Pumpkins_freeimagesPhoto de Rob Fallows

La courge est riche en caroténoïdes, vitamine A, vitamine C, vitamines du groupe B et minéraux (surtout phosphore, potassium er magnésium). Parmi ses propriétés, elle a un effet digestif, laxatif et diurétique. En étant riche en amidons, la courge est une bonne alternative aux céréales, parce qu’elle donne un sens de satiété sans alourdir la digestion.

Ses graines sont également très intéressantes du point de vue de la santé. Elles contiennent un acide aminé, appelé cucurbitine, qui, entre autre, contribue à éliminer les parasites intestinaux. En outre, les pépins de courge exercent un effet bénéfique pour atténuer les inflammations de la peau et prévenir le disfonctionnement des voies urinaires. Après les avoir séchées (idéalement avec un déshydrater pour ne pas abimer les acides gras et les autres nutriments qu’elles contiennent), on peut les ajouter aux salades, aux soupes ou les servir en apéritif. Personnellement j’aime aussi beaucoup l’huile que l’on obtient des graines de courge, délicieuse pour assaisonner les salades, les crudités ou un curry de légumes cuits à la vapeur douce.

Aujourd’hui je vous propose un houmous à la courge que je prépare souvent pendant les mois d’hiver.

Hummus di zucca

Ingrédients :

500 grammes de courge

1 oignon

2 cuillère à soupe de graines de sésame

1 cuillères à soupe de graines de tournesol

1 cuillères à soupe d’amandes (ou de noix) moulues

1-2 cuillères à soupe d’huile extra-vierge d’olive (première pression à froid)

romarin

curry

curcuma

cumin

eau de cuisson de la courge

½ cuillère à café de sel marin complet

Couper la courge en morceaux et les cuire à la vapeur douce. Laisser refroidir et enlever la peau à l’aide d’un couteau. Moudre les graines de sésame, de tournesol et les amandes dans un moulin à café. Réunir tous les ingrédients dans un mixer et mélanger jusqu’à obtenir une crème homogène. Ajuster la quantité d’huile et d’eau de cuisson afin que la consistance soit plus ou moins onctueuse.

Bircher fait maison

C’est mon bircher préféré du moment, fait maison, aussi simple que délicieux! La couleur n’est pas très invitante à voir, mais le goût est excellant et la texture est crémeuse comme il faut. C’est idéal pour un petit déjeuner léger et frais ou pour un goûter gourmand, avec un bon équilibre de sucres naturels et de bonnes graisses.

Bircher_6813

Ingrédients:

2 cuillères à café de graines de chia

une demi cuillère à café de psyllium blond

1 cuillère à café de cacao en poudre

lait d’amade

1 banane bien mûre

1-2 fruits de saison bien mûrs

Réunir dans un bol deux cuillères à café de graines de chia et une demi cuillère à café de psyllium blond. Couvrir avec du lait d’amande (au moins deux fois le volume des graines), mélanger et laisser reposer (avec un couvercle ou une serviette) pendant quatre heures au minimum. Pour ma part je prépare souvent ce mélange le soir pour le trouver prêt le lendemain matin. Pendant ce temps les graines de chia et le psyllium vont absorber l’eau et se gonfler jusqu’à former une sorte de gélatine crémeuse. Saupoudrer avec une cuillère à café de cacao en poudre (de préférence biologique et du commerce équitable), ajouter une banane bien mûre écrasée avec une fourchette et les fruits de saison que l’on aime. On peut aussi incorporer quelques amandes entières ou effilées, ou des cerneaux de noix si on aime l’effet « crunchy ».

Cancer et alimentation: interview avec Charlotte Gerson

La lucidité et la vitalité de cette femme parlent d’elles-mêmes. Il n’y a pas de limite d’âge à la beauté et à la santé, pourvu qu’on en prenne soin…

Interview avec Charlotte Gerson

« La thérapie Gerson est l’une des plus aboutie et prodiguée depuis maintenant près de 80 ans. La fille du Dr. Gerson, Charlotte, est maintenant porte-parole de l’Institut Gerson depuis de nombreuses années et donne toujours des conférences à 90 ans. »