Un autre regard sur le diabète: présentation et apéro

Le diabète est en train de devenir une maladie de civilisation qui touche un nombre croissant de personnes adultes et de plus en plus d’enfants. Une véritable épidémie. Pourquoi? Comment en est-on arrivé à une telle situation en seulement quelques dizaines d’années? L’idée qu’il s’agisse d’une maladie dégénérative qui ne peut que progresser et empirer est assez répandue. Est-ce vraiment le cas? Y a-t-il des solutions naturelles pour retrouver un état de santé profond et de longue durée?

cupcakesImage sous licence Creative Commons

On en parlera mercredi 7 décembre 2016 à 18h30 lors d’une soirée de discussion informelle suivie d’un apéritif dînatoire en style « naturopathique ». Parmi les questions qui seront abordées:

  • Qu’est-ce que le diabète?
  • Pourquoi le diabète est en train de devenir une sorte d’épidémie dans la société occidentale?
  • Quels sont les risques associés au diabète?
  • Quelles sont les solutions apportées par l’allopathie?
  • Comment le traiter en naturopathie?
  • Quelle alimentation choisir en cas de diabète?
  • Qu’elle est la différence entre l’index glycémique et la charge glycémique?
  • Comment prévenir le diabète?

Et puis, vous êtes libres de poser autant de questions que vous voulez. Si vous êtes intéressé(e) n’hésitez pas à vous inscrire, par email, par téléphone ou via la page Facebook de A look inside. Ce sera un plaisir de vous rencontrer. :-)

Lieux et dates: consulter la page News.

Zeste de citron déshydraté

Il y a des périodes pendant lesquelles la seule idée de manger des agrumes me refroidit et d’autres où je m’en lasserais pas. En ces jours j’ai très envie de citron.

Lemon tree_stock.xchng

En général je dilue le jus dans un bol d’eau chaude le matin ou je l’ajoute aux vinaigrettes que je prépare pour assaisonner mes salades. Du citron on peut tout consommer, le jus et la peau, à condition que la plante d’origine n’ait pas était traitée avec des produits chimiques. Ma façon préférée d’utiliser le zeste, la partie jaune externe qui protège la chair du fruit, consiste à le faire sécher (après l’avoir bien lavé) à basse température et le moudre à l’aide d’un moulin à café, pour préserver autant que possible ses propriétés nutritionnelles et sa richesse en huiles essentielles. C’est simple à obtenir et très pratique de l’avoir déjà prêt à l’usage quand on est pressé. Pour la déshydratation on peut prélever des lainières avant de presser le citron ou couper la peau en morceaux avec un couteau après avoir obtenu le jus et les oublier ensuite au soleil, sur un plat déposé sur un radiateur en hiver ou dans un déshydrateur. On peut également râper le zeste avant la déshydratation. Afin d’éliminer les gros morceaux qui peuvent rester on peut passer la poudre dans un passoir et la garder au frigo dans un bocal en verre, ça se conserve pendant plusieurs semaines. La poudre de citron (ou d’autres agrumes), fraîche ou déshydratée, est magique en cuisine et trouve sa place dans beaucoup de préparations salées et sucrées -soupes, salades, gâteaux, plats exotiques, etc.- auxquelles elle apporte un parfum et un goût frais et typiquement méditerranéens. C’est peut être pour cela que je l’aime autant, parce que ça me rappelle la mer et le chaud soleil du sud.

Buccia di limone

Je procède de la même manière avec les mandarines et les clémentines, mais leur saison est terminée et donc il faudra attendre quelques mois pour les retrouver.

Duo de choux au pesto vert

Parfois on a tellement l’habitude de faire les choses comme on les a toujours vues que on n’y réfléchit même plus, on les répète comme si on activait un pilote automatique. Cela peut arriver aussi quand on cuisine. Par exemple, à l’époque où je suivais une alimentation assez conventionnelle j’utilisais le pesto au basilic exclusivement pour préparer des pâtes ou des pizzas vertes. Evidemment cela est du à mes origines italiennes. Et pourtant c’est une crème tellement versatile qu’elle se marie bien avec de nombreux plats. Puisque les pâtes ne font plus partie de mon alimentation quotidienne (les pizzas non plus) mais j’aime le pesto autant qu’auparavant, je l’utilise de temps en temps pour assaisonner mes légumes, crus ou cuits à la vapeur douce.

Cavoli al pesto_4

En été, quant il y a abondance de basilic frais dans les potagers, je le produits à la maison. J’en achète occasionnellement pendant l’hiver, une fois terminé mon stock. Dans certains commerces, surtout dans les magasins d’alimentation naturelle, on trouve aujourd’hui du pesto sans produits laitiers. Autrement, on peut en préparer soi-même (encore mieux) à partir de: basilic, huile extra vierge d’olive, pignons de pin, ail et sel marin complet. C’est aussi délicieux que le pesto traditionnel au fromage de brebis.

Je vous propose une salade très simple et rapide, idéale en cette période d’hiver où les choux ont toute leur place.

Ingrédients:

1 chou frisé

1 (ou ½) chou rouge

½ avocat

1-2 cuillères de pesto au basilic

thym

eau ou eau de cuisson des légumes

Couper les légumes très fins et les mélanger longuement avec les mains (comme si vous étiez en train de préparer de la pâte à pain) dans un grand saladier. Cela aide à casser les nervures afin de rendre les feuilles plus tendres. Ecraser l’avocat à l’aide d’une fourchette, incorporer le pesto et quelques cuillères d’eau (ou du bouillon qui reste après la cuisson à la vapeur d’autres légumes) jusqu’à obtenir une crème onctueuse et homogène. Assaisonner les choux et laisser reposer au moins une demi heure à température ambiante. Parsemer la salade avec quelques brins de thym et servir. Personnellement je préfère attendre plus longtemps afin que les légumes deviennent plus tendres.